"Les mots me manquent" KL LOTH
Vernissage le 15 octobre 2021
intervention sonore de Proteus Morganii
 

15 octobre >>>>14 Novembre 2021

Ce travail partant de l’imaginaire de la couleur noire, a évolué au fil de quelques années vers le concept d’« obscurcissement » plus révélateur de la sensibilité de notre époque inquiète.
Des photos de nuages, prises au jour le jour, ont ainsi été retravaillées par la couleur et les mots, pour suggérer les multiples nuances de notre ressenti face à la menace de l’effondrement que nous redoutons.

(tirages photo d'images numériques.)

 

KL LOTH vit et travaille dans la Métropole de Lyon et l’Eurométropole de Metz

www.kl-loth.art

 

***********

 

KL LOTH mène une pratique hybride associant écriture et photographie.

Ses thèmes de prédilection sont les situations affectives, notamment la relation amoureuse, ou l’épreuve du quotidien.

S’intéressant à l'expression du vécu de chacun, à la circulation des émotions, l’artiste s’inspire fréquemment de paroles entendues, d’images issues de la rue, de lectures ou d’interviews. Puis sélectionne, agence, rédige et met en forme, opérant souvent un « arrêt sur phrase ».

« Arrêt sur phrase » qui incite à prendre le temps de s'interroger sur des expressions en apparence banales, dont la richesse sémantique, l'ambiguïté voire l'ambivalence, se révèlent peu à peu… ouvrant à chacun une possibilité de projeter des éléments de vécu.

Ce travail sur le langage met souvent en valeur double-sens et sous-entendus.

 

Une approche des relations entre personnes, le plus souvent entre « je » et « tu » (par- delà le genre) en intervenant par petites touches sur différents aspects du vécu affectif, en mettant en tension différentes émotions : intensité, bonheur, excitation, doute, désespoir… un questionnement des dialogues, des interactions, jeux de séduction et de pouvoir (manipulation ?)… tout en revisitant les clichés amoureux (St Valentin…).

 

Les phrases choisies sont mises en scène et en subjectivité par l'usage de la couleur, et souvent insérées dans des photographies qui en précisent ou en perturbent le sens, évoquant une sorte de flottement entre la voix intérieure et ce que les yeux perçoivent.

 

Après un temps d’expérimentation sur internet (blog, sites…), KL LOTH a souhaité poursuivre ses recherches sous forme d'expositions, afin, dans l'espace réel, physique d'un lieu, d’en donner une lecture déployée dans l’espace. Une lecture organisée en événements ponctuels, occasion de constituer de nouveaux angles d'approche, de micro-récits, de situations affectives spécifiques, tout en permettant des rencontres et dialogues in real life.

(février 2020)

(tirages photo d'images numériques.)

Intervention sonore de Proteus Morganii (extraits)

nuages ou mots

sur la peau

dans l’œil

qui

des mots des nuages

en premier

sur la douleur

s’écrit_

_en premier

dans le ciel

s’inscrit

qui.?

 

incertitude

des mots des nuages

des deux

qui

des nuages

ou des mots

en dernier

vient_à la fin

comme au début

à l’origine

incertitude

qui.?

 

dans le bleu trompeur

du jour

comme de la nuit

qui

des mots des nuages

éteint

du soleil infini

la lumière

obscurcit

des étoiles_amères

la lueur

qui.?

 

ce que taisent les mots

ce que disent les nuages :

des mots naissent

les nuages

mais sans nuages

cristallisent les mots.?

 

ce que montrent les nuages

ce que pensent les mots :

des nuages

sourdent les mots

mais sans mots

ceux-là

peuvent-ils exister.?

 

filaments lignes trainées

rides granules

mâchures lambeaux

avant-courriers

de blessures_

_et de larmes

galets rouleaux voiles tantôt

mamelons tours dômes

de l’azur à l’ébène

au fil des jours

l’angoisse se décline

en volutes

 

mais

face à l’horreur

il est parfois

des nuées d’où

en nuées

s’en viennent_

_en grêle

des mots d’orage

battre les ruines

colère noire

situation de ténèbres

grand(e)’ effrayeur

 

de nuages

ou de mots

combler le vide à venir

de mots de nuages de mots

crépuscule

respirer suffoquer

respirer

encore et encore

toujours essayer

ne plus pouvoir

étouffer

black-out

 

quand on sera mort

y aura-t-il encore une raison d’être

t’en penses quoi toi.?

 

"[Les sauts de ligne, signes de ponctuation particuliers et sous-tirets ainsi que le découpage visuel du poème dans la page sont autant d’indications que je (me) donne pour la réalisation vocale du texte. Dans les faits, quand bien même celle-ci est unique, il s’agit d’une forme de partition a minima visant à guider l’interprétation.]"

 

            "Pour préparer, à l’occasion d’un futur vernissage, une intervention sonore éphémère sur la série de 52 photographies réalisées par KL-Loth, « Les mots me manquent », il me fallut en saisir les spécificités. Celle-ci, mettant en relation texte et image, utilisait des termes ou expressions provenant de plusieurs langues (français, anglais, allemand, soit trois façons proches – mais non–identiques – d’appréhender une même réalité) et coïncidait, sans qu’il y ait jamais eu intention de sa part, avec le déroulement d’une crise planétaire majeure – toujours en cours – qui débuta par une pandémie.

            Ce travail, commencé quelques années auparavant, avait également connu un cheminement singulier qui, partant de la couleur noire, avait progressivement évolué vers le concept d’«assombrissement», sans doute plus conforme à la sensibilité de notre époque tant il paraissait qu’en l’instant notre siècle quittait la lumière pour s’en aller vers l’obscurité.

            Dès lors, jour après jour, sur près d’un lustre, il ne resta plus à KL qu’à photographier, perpétuellement changeant, le monde des nuées non pour, dans une démarche météorologique, classer les nuages, mais afin d’illustrer les multiples nuances de ce que, tout un chacun, nous ressentions face à la menace d’un effondrement que nous savions certain (nous en ignorons seulement la date), nous doutant néanmoins que, celui-ci ayant sans doute commencé, nous étions déjà en train de le vivre.

 

            Partant de quelques milliers d’images, il n’en resta donc, au terme du premier confinement, que 52 prêtes à être tirées, et la satisfaction du devoir créatif accompli. Ce fut à ce moment que, très en aval du projet, je commençais (à sa demande) à imaginer un texte pour une lecture-performance qui ouvrirait l’exposition où seraient montrées ses œuvres.

            Pour rendre l’esprit de ce travail, il m’apparut d’emblée qu’entre nuages et mots          – aussi bien qu’entre mots et nuages – une tension constante, visuellement palpable, circulait de façon incessante. À chaque mot (du chuchotement au cri) son nuage (de la mâchure à l’amas) – et inversement –, sa langue et son ressenti.

            Dans chaque image, flottant en-dessous du mot, apparaissait en filigrane le vrai ciel tel qu’un jour il fut réellement devant l’objectif de l’appareil avant que, par le grâce d’un logiciel  de traitement (et d’un vécu commun à tous), il ne basculât définitivement sur le versant de la métaphore à la fois universelle et intimiste… à moins que de toute éternité, bien antérieurement, le mot ne naviguât déjà sur le chaos.

            D’évidence, de cette oscillation continue, de cet incessant balancement, l’ incertitude», tout autant que l’«obscurcissement», s’imposa alors pour moi comme l’une des lignes directrices de la série, si ce n’est son Étoile polaire afin de mieux pouvoir nous orienter et, à chaque photo, de nous préserver de l’écueil néphomantique.

            Je m’attachais donc au champ lexical utilisé dans celle-ci (traduisant les termes ou expressions exprimés dans une langue étrangère) pour construire un texte qui, sans décrire telle ou telle image, permettrait de dégager un fil de lecture possible aussi bien que de créer (plus qu’une impression) une atmosphère d’ensemble dont je souhaitais qu’elle entrât en résonance avec nos inquiétudes contemporaines.

            L’écriture s’ensuivit, les premiers mots assurés, les derniers plus hésitants, le titre, à l’image de son sujet, longtemps incertain. " PM.

 

22 août 2021 (15h34)

Durée approximative de la lecture-performance : 2’30’’-2’45’’